(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "L'Alberta-nord. Region de colonisation"

^ r &\ *•'<*" y~i\ a#* • . 















i* •£.» 



. ;<&*:'. 



9&*+; 



\°lCf\ 



3 9004 01511207 8 



j* -*:• -J 



/♦• ** 



The EDITH and LORNE PIERCE 
COLLECTION of CANADI ANA 




Queen s University at Kingston 




f&L&d. 



^P^=^^ 



L'ALBERTA-NORD 



Region de Colonisation 



..PAR LE... 



REV. J. A. OUELLETTE 



Missionnoire Colonisateur 



TYPO. 

LE COURRIER DE L'OUEST 

EDMONTON, Alta. 

1909 



L'ALBERTA-NORD 



Region de Colonisation 



...PAR LE... 



REV. J. A. OUELLETTE 



Missionnaire Colonisateur 



TYPO. 

LE COURRIER DE L'OUEST 

EDMONTON, Alta. 

1909 



A MES COMPATRIOTES CANADIENS-FRANCAIS 

Mes Bien Cliers Amis, 

Depuis bientot deux ans que je m'occupe active- 
ment de colonisation en faisant connaitre a mes com- 
patriotes les immenses avantages que possede l'Alber- 
ta-Xord, au double point de vue du commerce et surtout 
de l'agriculture, j'ai la satisfaction de dire que mon 
travail n'a pas ete perdu, car un bon nombre de colons 
ont repondu a mon appel, et ceux-la se trouvent dans 
une situation qui promet beaucoup pour i'avenir. 

Je comprends la responsabilite de ma mission, et 
en mettant a profit l'experience du passe, je crois uti- 
le et meme necessaire de reunir en un petit pamphlet 
quelques notes recueillies ici et la au cours de mes voya- 
ges a travers l'Alberta-Xord et suivies de renseigne- 
ments tres utiles qui serviront a guider avec certitude 
le choix de ceux qui desirent venir prendre leur part 
-de l'heritsge que notre pays met a leur disposition. 

Puisse ce pamphlet, qui contient des donnees ex- 
actes, convaincre le lecteur des immenses avantages 
<;ui l'attendent ici et lui donner le courage de rompre 
&es attaches de la-bas pour devenir un colon de 1' Al- 
berta. 

J. A. OTJELLETTE, Ptre. 
Beaumont, ler. Decembre, 190T. 

PAROLES DE Mgr LEGAL. 
Eveque de St-Albert, Alta. 

Dans une entrevue accordee au Redacteur du 
''Courrier de l'Ouest", Mgr Legal disait : "Que nos 
Canadiens-Francais des Etats-Unis et de la province 
de Quebec sachent done une fois pour toutes tous les 
avantages qui les attendent en venant se fixer ici 
N'est-ce pas merveilleux de voir ces belles paroisses 
de Morinville, St-Albert, Beaumont, St-Emile, St- 



L i 



4 — 



Emerence, St-Pierre, Fort Saskatchewan et plusieurs 
autres s'etablir la ou il y a a peine quelques annees, 
vitaient de vastes prairies habitees par quelques metis 
vivant plus des produits de la chasse que de ceux 
de leurs terres. 

Voyez done ces Canadians qui, il y a a peine dix 
annees, sont arrives ici sans le sou, il n'y en a pas un 
seul qui ne jouisse d'une honnete aisance, beaucoup 
possedent une fortune que chaque jour s'arrondit Vous 
etes journaliste, que votre journal serve done de porte- 
parole aupres de ceux qui se sentent trop a i'etroit dans 
la province de Quebec, aupres de nos chers Canadiens 
des Etats-Unis, mais surtout a cette jeunesse genereuse 
. et confiante en l'avenir qui, chaque annee, s'englou- 
tit dans nos grandes villes. Dites a ces jeunes gens : 
"Les desenchantements et les deboires vous guettent 
dans ces centres ou il y a dix candidats pour une meme 
position. Dites-leur de venir dans l'Ouest ou tout est 
a faire, a l'artisan dites que rouvrage abonde, que de 
liauts prix sont payes, aux travailleurs dites que les 
mines, les fermes, etc., lui apporteront de $1 a $3 par 
jour. Dans les anciens et nouveaux centres, on a besoin 
d'eux. Mais surtout elites aux cultivateurs que ce pays 
leur appartient, qu'ici ils rencontreront des freres, et 
qu'ils se trouveront transplantes dans une nouvelle pro- 
vince de Quebec." 

ALBERTA-NORD. 
On comprend sous le nom d'Alberta-Nord, com- 
me ce nom l'indique, la partie Nord de 1' Alberta, s'e- 
tendaiv u nord.d' Edmonton jusqu'a la region de la 
Rivier; a la Paix. 

Edmonton, la Capitale de la Province, en est le 
chef -lieu commercial. Cette ville est deja tres impor- 
tante et deviendra pour 1' Alberta ce que Winnipeg est 
pour le Manitoba. 

L'Alberta-Nord est une seconde province de Que- 
bec : De la prairie, du bois, des rivieres, des lacs, de 



— 5 



la peche, de la chasse. De la pluie, et la chaleur a 
temps et a propos. Des paroisses entierement canadien- 
nes-francaises, avec leurs pretres et leurs ecoles. 

Malgre les caprices de la temperature, qui a eprou- 
ve tout le Canada, 1'Aiberta-Nord se voit avec une 
recolte tres satisfaisante qui contribuera a accroitre l'ai- 
sance chez nos cultivateurs. 







i 


















P 




iiM 






l 


i 


0f 




|P 



PAYS PITTORESQUE. 

L'aspect de l'Alberta-Nord est des plus pittoresques 
dans sa beaute. On n'y trouve aucune montagne moitie 
bouleversee et d'un aspect terrible, ni prairie intermi- 
nable, sans arbres et d'une monotonie attristante La 
prairie ondulee avec des collines et des bosquets, la 



6 



prairie couverte d'herbe et de fleurs, parsemee db bou- 
quets de peupliers, de saules et d'epinettes, rejouit la 
vue et donne la note gaie. 

LE CHARBON. 

De vastes houillieres se trouvent sous le sol par 
tout le pays et le charbon est a fleur de terre dans les 
vallees, oe qui rend le travail d' extraction facile et le 
prix de ce combustible est d'un extreme bon marche 
lorsqu'il est pris a la mine, tandis qu'on le vende a bas 
prix aux habitants d'Edmonton et d'autres villes 

LE GIBIER. 

Le gibier est rare ou abondant, selon les locali- 
tes et la saison. Le gibier le plus commun est le canard 
dont il existe plusieurs varietes ; la perdrix et la poule 
de prairie, le lievre, connu ici sous le nom de lapin. 
U y a de plus, mais en nombre moindre, des outardes, 
des perdreaux, des pluviers, des orignaux, des ehe- 
vreuil et des elans ; des animaux a fourrure, une gran- 
de variete de loups de petite taille, appeles cayottes, 
des putois, des renards, des rats musques, des visons y 
des martes et des loutres. 

LA PECHE. 

Dans toutes les rivieres, on trouve de l'esturgeon, 
de la percbaude, du brocbet,de rarcbigcn et de la carpe. 
On peche le superbe et nutritif poisson bknc dans la 
plupart des grands lacsi. 

CONDITIONS HYGIENIQUES. 

L'eau est abondante et tres saine dans cette region. 
L'air est clair, pur et asceptique, contenant une gran- 



— 7 — 

de quantite d'ozone, le grand purificateur de l'air. 
II n'y a pas de meilleur climat, dans toute l'Ameri- 
que du Nord que celui de 1'Alberta-Nord. Ceux qui 
souffrrene de phtisie, d'asthme, d'affections de la poi- 
trine et de la gorge, des rhumatismes, des fievres 
tremblantes ou de bien d'autres maladies se trouvent 
soulages et sou vent gueris par un sejour dans ce pays. 

LES ECOLES. 

II y a ici un systeme d'ecoles separees. En d'autres 
termes, toute minorite a droit a une ecole separee; je 
suppose, un district ou les catboliques sont en mino- 
rite, alors ces derniers auront une ecole separee, les 
commissaires seront catlioliques, ayant droit d'enga- 
ger un maitre catbolique a condition qu'il ait son diplo- 
me pour T Alberta. Crucifix et images seront permis, 
une demie-lieure de catbecbisme sera fait tous les 
jours. Un cours elementaire en frangais sera donne aux 
enfants, et le reste duprogramme devra etre euseigne 
en anglais. Deja les religieuses sont etablies dans les 
principales paroisses tres bien organisees. Le diocese 
de l'Alberta. 

L'organisation de telles ecoles separees est entre 
les mains des colons. Ceux-ci ont a payer de quatre 
a huit dollars par an pour le maintien de ces ecoles qui, 
a part cela, sont genereusement subventionnees par le 
gouvernement. 

LA RELIGION. 

Les catboliques Remains sont tres nombreux et 
ils ont l'avantage d'etre groupes en paroisses tres bien 
organisees. Le diocese de St- Albert, Alta., compte de- 
ja une population catholique de 65,000 ames. Sa Gran- 
deur Mgr Emile Legal en est I'eveque. 




LA CULTURE. 



La culture mixte semble etre la culture de l'avenir 
pour TAlberta-Nord. De fait, le succes a couronne les 
efforts de tous ceux qui s'y sont appliques. Cependant, 
nous devons dire qu'un grand nombre s'occupent spe- 
cialement, soit de culture ou de l'elevage, et eux aus- 
si reussissent tres bien ; meme il arrivera quelques fois 
que ces derniers auront un rendement superieur aux 
premiers vantage qui est largement compense par le 
risque qu'ils courent, car arrive la gelee ou tout autre 
contretemps et leur recolte est, sinon entierement de- 
truite, du moins partiellement endommagee. Le vieux 
dicton "ne mettez pas tous vos oeufs dans le meme 
panier " s'applique a la culture du Canada-Ouest com 
me partout ailleurs. 

Le cultivateur qui, non content de s'en tenii a la 
culture du ble, cultive aussi les autres cereales fait 
relevage des bestiaux, pores, moutons, volailles ; a 
pour lui toutes les chances de succes. 

L'Alberta-Nord est reconnu oomme etant tres pro 



9 



pre a la culture des cereales, des legumes, et particu 
lierement avantageuse a l'elevage d'animaux ; l'herbe 
y etant tres abondante et nutritive. II est facile de 
mettre les animaux a l'abri pour les deux ou trois 
mois des grands froids. Cependant, bon nombre de trou- 
peaux passent l'hiver en plein air sans en etre autre- 
ment incommodes. 

AVOINE ETORGE. 

II est vrai que le "ble regne en roi" dans ce pays 
favorise de 1' Alberta, ma is il n'est pas la seule cereale 
avantageusement cultivee. Les recoltes d'avoine, d'or- 
ge et de pois sont extraordinaires et atteignent des ren- 
dements prodigieux. L'avoine produit de 60 a 90 mi- 
nots de l'acre, et en certain cas, depasse cent minots. 

L'orge donne aussi des rendemesnts enormes. Le 
soleil tou jours brillant, lui donne une belle apparence, 
qui la fait recbercber par les brasseurs. Elle se vend 
generalement un prix plus eleve que l'orge recolte en 
tout autre pays. 




10 — 




LEGUMES. 

Tous ceux qui ont quelques connaissances en cette 
matiere, admettent que pour la culture de tous ces 
produits, le Canada-Ouest est sans rival. II suffit, pour 
s'en convaincre, de jeter un coup d'oeil sur les jardins 
et les champs vers le mi-septenibre. On recolte de tout : 
ehoux, celeri, betteraves, carottes, legumes verts, pois, 
feves, etc. Les fruits tels que f raises, framboises, bleu- 
ets, atocas, et plusieurs autres se trouvent sur nos 
tables en tout temps de l'annee. 



^INDUSTRIE LAITIERE. 



L'industrie kitiere offre les moyens de payer tou- 
tes les depenses de la vie et des travaux de la ferme. II 
est facile a tout cultivateur d'avoir dix, douze, et me- 
me quinze vaclies a lait. Les paturages sont propices et 
l'eau est abondante. Le trouble de traire les vaclies de- 



11 



dommagera bien le cultivate ur, car le beurre de 1' Al- 
berta jouit d'un marche tres baut et d'un ecoulement 
facile. L'elevage des volailles est une autre source de- 
profits faciles a realiser. 

EDMONTON. 

Edmonton, il y a quatre ans, etait une petite ville 
de 2,000 ames et dont le principal commerce etait ce- 
lui de la fourrure, a vu s'accroitre sa population dans 
des proportions qui tiennent du pbenomene. 

Aujourd'hui elle compte une population de 18,000 4 
ames, qui par son activite et son esprit d'initiative l'a 
placee a la tete de ses rivales des provinces de l'Ouest 
Cette prosperite est due surtout a la grande fertih'te de 
ia terre des regions qui l'avoisinent et qui, chaque 
annee, attirent ces flots d' immigrants qui nous arri- 
vent de toutes les parties du monde. 

Deux compagnies de cbemins de fer y ont un ter- 
minus, le Canadian Pacific et le Canadian Northern. 




— 12 — 

Edmonton a encore l'avantage d'etre sur le parcours 
<du Grand Tronc Pacifique, actuellement en voie de 
construction, et dont les travaux a Test et a l'ouest 
d' Edmonton seront pousses avec activite des le prin- 
temps prochain. 

La realisation de ce projet colossal est d'un a vanta- 
ge immense, non seulement pour la ville d' Edmonton, 
mais surtout pour la classe agricole de 1' Alberta car 
il lui ouvre le marche de la Colombie-Anglaise pour 
1'ecoulement de ses produits. 

En outre de ces trois chemins de fer, il y a auss 1 ' 
rembranchement du C. N. R., allant a Morinville, et 
devant se prolonger au nord, jusqu'a Atbabaska Land- 
ing et au Fort McMurray. 

Parmi les pro jets qui ont une certitude de realisa- 
tion dans un avenir tres procliain, citons : un cbemin 
de fer reliant le Yukon a Edmonton, le chemin de fer 
de la Baie d'Hudson et celui, (beaucoup plus interes- 
sant pour nous), qui doit relier Edmonton a Prince 
Albert en traversant l'Alberta-Nord et qui sera un fait 
realise d'ici trois ans. 

SAINT-ALBERT. 

A 9 milles au nord d' Edmonton est bati St- Albert 
qui est le siege episcopal de 1' immense diocese de St- 
Albert, le titulaire apotre et missionnaire est Sa Gran- 
deux Mgr Legal. 

Ce petit village est situe au centre d'une region 
agricole d'une fertilite exceptionnelle et presqu'en- 
iierement peuplee de de Canadiens-Erancais. 

ST-PAUL DES METIS 

Centre de la Colonisation. 

St-Paul des Metis est le centre actuel de la coloni- 
sation. L'automne 1906 voyait plusieurs colons cana- 



— 13 — 

diens-francais se fixer autour de la paroisse de St-PauL 
Le partage des terres s'est fait immediatement de telle 
sorte que les bases de quatre belles paroisses furent je- 
tees. A peine une annee s'est-elle ecoulee, que ces qua- 
tre paroisses du nom de St- Vincent, St-Edouard, St- 
Victor et St-Louis de Moose Lake peuvent deja rivali- 
ser avec les paroisses des alentours d' Edmonton. Quoi- 
que le district de St-Paul soit a 60 milles du chemin 
de fer, tous les jours plusieurs families viennent pren- 
dre leur part d'heritage. Notr reve est de peupler de 
Canadiens-Francais ce coin precieux de 1'Alberat-Nord. 
Pour arriver a cela, il faut se hater, car il sera bientot 
trop tard. 

On peut dire avec orgueil que nos colons canadiens 
sont satisfaits de leur nouvelle patrie. lis ont tout pour 
eux. Terre gratuite, terre a ble tres fertile, terre partie 
prairie, partie boisee. De l'eau, du bois, des lacs pois- 
sonneux ; chasse de toute sorte. La culture mixte, (cul 
ture et elevage) se pratique beaucoup et fait l'aisance 
des nouveaux colons. En plus, une mine de charbori 
vient d'etre deoouverte dans ce district, ce qui, pour le 
colon, est d'un grand avantage 

Deja 1' organisation se complete, on voit des eglises 
et des ecoles, des magasins se construire un peu partout. 
On possede le telegraphe et bientot on aura le telephone. 

II est aussi grandement question de deux lignes de 
chemins de fer, l'une du Sud au Nord, de Vegreville 
au Lac Froid, Tautre de l'Est a l'Ouest, de Prince Al- 
bert a Edmonton, traversant tout ce district de coloni- 
sation, faisant de St-Paul un centre de colonisation, et 
en meme temps un centre de commerce. 

ST-LOUIS DE MOOSE LAKE. 

Nouvelle paroisse pour les colons de 1908. 

Le Moose Lake se trouve dans le township 61, rang 
6, c'est-a-dire 35 milles au nord de St-Paul des Metis. 



14 



La region est essentiellement favorable a la coloni- 
sation et nous desirous attirer sur elle 1' attention de 
nos lecteurs en quete de bons et beaux homesteads. 

Le terrain aux alentours du lac est sensiblement 
plat, avec une legere pente vers les lacs frequents et 
le° ruisseaux non moins nombreux. II est done par- 
fa itement egoute. 

Le sol est compose d'une couche de terre iiumi 
de ou terre noire dont l'epaisseur varie de 1 a 2 pieds. 
Le sous-sol est generalement argileux. 

La culture est tres fructueuse et sera tres pratiquee 
des que les voies de communication rendront le trans- 
port des produits plus facile. L'elevage est l'industrie 
pratiquee actuellement. 

Le foin est abondant dans les coulees, au bord des 
lacs et sur un immense marais, accessible a la fau- 
cbeuse. II est de tres bonne qualite et des milliers de 
tonnes peuvent etre faites dans le temps propice. 

Le combustible est fourni par de nombreux taillis. 
Le bois de construction ne fait pas defaut non plus. 

Un moulin a scie marcbera tout l'biver 1909. En 
outre des lacs et des ruisseaux, l'eau se trouve tres fa- 
cilement dans des puits de 15 a 25 pieds de profondeur. 
Elle est fraiclie, tres bonne a boire, favorable a la cuis- 
son des aliments. Le poisson blanc ,le brocbet et la 
truite abondent et constituent un appoint serieux pour 
la nourriture du colon. On attribue au voisinage de 
nombreux petits lacs, 1'absence de gelee bative qui ca- 
racterise la region. 

Le pays a ete arpente dans l'ete 1907 seulement. 
Messieurs Pbilorum Ouellette, Albert Dargis et Wil 
frid Ouimet s'y installer ent avant l'arpentage et par 
consequent, i]s sont les premiers colons de cette belle 
region. Immedkitement apres eux, de nombreux Ca- 
nadiens vinrent s'y etablir. Aujourd'bui on compte de- 
j* 85 colons. II n'est pas douteux que des le priutemps 
j 909 des Cam diens venant des Etats-TJnis et de la pro- 



— 15 — 

Tinoe de Quebec prendront possession de ces belles ter- 
res. Nous ne saurions trop les eneourager. On se rend 
a Moose Lake par Yegreville, Brosseauville, St-Paul, 
Yegreville est une station sur le C. N. R., Brosseau est 
a 30 milles au nord. Moose Lake est a 35 milles au 
nord de St-Paul. Les ckemins sont bons partout. 

Pour terminer, nous dirons que le chemin de fer 
projete de Yegreville a Athabaska Landing traversera 
la region de Moose Lake et donnera une valeur inesti- 
mable a ses terres. Le Rev. J. A. Ouellette, colonisa- 
teur, 306, Rue St-Antoine, Montreal, et le Rev. J. A 
Tlierien, Cure de St-Paul, Alberta, donneront sur de- 
mande tous les renseignements cencernant cette region 
de colonisation canadienne-francaise. 

QUESTIONS PRATIQUES. 

Comment se divise le Nord-Ouest Canadien? 

En trois grandes provinces : Manitoba, Saskatche- 
wan, et Alberta. Les deux dernieres ont ete formees en 
provinces en septembre 1905. 

Ou se porte le courant d' immigration? 

Dans l'Alberta-Nord. A Edmonton pour ceux qui 
desirent aclieter des terrains deja cultives, batis et en- 
clos, c'est-a-dire qui veulent se fixer dans une paroisse 
deja organisee. 

A St-Paul des Metis pour ceux qui desirent des 
homesteads gratuits et vivre au milieu des Canadiens- 
Francais. 

Quel les sont les paroisses deja organisees? 

Edmonton, Capitale de 1' Alberta, 18,000 ames de 
population, magnifique centre de commerce, point de 
mire de tout le nord de 1' Alberta ; c'est la que les Cana- 
diens professionnels, commercants, industriels se sont 
groupes, ayant deja trois eglises catholiques et deux 
magnifiques ecoles catholiques separees, tenues par les 
religieuses. II faut avouer que les Anglais et les Al- 
lemands sont en majorite. 



— 16 — 

Strathcona, ville de 4,000 ames et terminus du C 
P. R. en face d'Edmonton. 

St- Albert, Morinville, Beaumont, Leduc, St-Emile r 
St-Emerence, St-Pierre, Lamoureux, Fort-Saskatche- 
wan, Grande Prairie, Athabaska Landing, Riviere 
Qui Barre, sont les principales paroisses ou un catholi- 
que peut faire de bons achats en fait de terre a culture 
mixte. Le Cure de chacune de ces paroisses est a la 
disposition du nouvel arrive et donnera des conseils de- 
sinteresses. 

Nouveaux colons qui possedez un capital, laissez- 
moi vous dire ceci : Prenez le temps de voir et de con- 
suiter avant d'acheter. 

Gare aux speculateurs ! 

Ou peut-on se trouver un homestead avantageux? 

A St-Paul des Metis, a Brosseau, a St-Edouard, a 
Sl-Yincent, et surtout a Moose-Lake, qui se trouve 
au nord de St-Paul ; a la Riviere Castor, au nord de 
St-Vincent ; la le colon peut se choisir les terres qui lui 
oonviendront le mieux. 

A quel les conditions peut-on se procurer un home- 
stead? 

Le gmivernement canadien donne 160 acres a tout 
colon age de 18 ans, aux conditions suivantes : en fai- 
re rentree au bureau des terres et payer $10 pour frais 
d'enregistrement, labourer 5 acres de terre par an- 
nee pendant 3 ans, et demeurer sur le homestead au 
moins six mois par annee durant les trois annees ; apres 
ce temps, les conditions etant remplies, le gouvernement 
emet la patente (ou contrat final) sans aucun debourse 
de la part du colon. 

Quel est le capital requis pour un colon? 

Je promets succes a tout homme intelligent, sobre, 
travaillant et eoonome qui apporte $1,000 et va se pren- 



17 



Quel est le capital requls pour un colon? 

Je pronrets succes a tout homme intelligent, sobre, 

travaillant et econome qui apporte $1,000 et va se 

prendre un bon homestead dans le district de St-Paul. 

Je crois que ce capital suffit pour avoir le necessaire. 

160 acres de terre $10.00 

Une paire de chevaux, harnais 250.00 
Yoitures, grains de semence . . 150.00 
Instruments, outils de ferme . . 150.00 
Prix du sciage de son bois a cons- 
truction 50.00 

Salaire d'un ouvrier 50.00 

Menage pour maison 100.00 

Animaux : vaches, cochons, etc. 100.00 

Provisions pour un an 100.00 

Menues depenses 50.00 

Total $1,010.00 

Avec ce montant, le colon est certain de Tavenir 
de sa fainille, il peut recolter suffisamment de pro- 
duits pour alimenter sa ferine, augmenter ' son trou- 
peau et terminer son installation. 

TAXES A PAYER 

Les seules contributions auxquelles le fermier est 
appele a prendre part, sont: Construction d'eglises et 
d'ecoles ; entretien de leur pretre et de leurs institu- 
teurs, en plus, donner a l'entretien des chemins sa 
part de travail ou d'argent. 

BOIS DE CONSTRUCTION ET CHAUFFAGE 

On peut dire que l'Alberta-Nord est moitie prai- 
rie et moitie bois. Des forets couvrants des superfi- 



— 18 — 

cies de 10, 12 et 25 milles, permettent an colon de 
trouver tout le bois necessaire a la construction et au 
chauffage. ITn permis de l'agent des terres autorise 
I3 colon a couper dans ces limites tout le bois dont il 
a besoin. Avec 25 cents, un colon c droit a 9,000 
pieds de bois. En plus une limite d'un rnille carre 
de bois de sciage peut etre acliete a raison de $100 0G 
a la seule condition de l'exploiter dans la meme annee. 

CLIMAT DE L'OUEST 

Le climat est agreable en toute saison. Nous 
avons de grands froids en hiver, mais ces froids sont 
sees et se supportent bien, ils ne sont jamais de longue 
duree. La neige tombe en decembre et Janvier, et 
disparait en mars. II en tombe une moyenne de 12 a 
15 pouces d'epaisseur. Les semences se font en avril 
et mai, les foins en juillet et les recoltes sont mures 
en aout. Le grain demeure en meulons sur les champs 
jusqu'au moment des battages qui se terminent a la 
fin de novembre. II faut remarquer que l'automne 
est ordinairement sans pluie et pendant de longs mois 
nous jouissons d'un ciel pur et ensoleille. 

TEMPETES, OURAGANS. 

Du temoignage des vieux colons, il ressort que les 
grsndes tempetes, les ouragans et les maladies epide- 
miques sont entierement inconnus dans le pays. 

AVANTAGE PRECIEUX 

Les terres de 1' Alberta sont non seulement ferti- 
les, mais faciles a cultiver. Sur des milliers d' acres, 
le terrain est planche et legerement ondule, les pier- 
res sont rares et meme tres rares; parfois, e'est 11 n in- 
convenient. 



— 19 — 




PREMIER LABOUR 

Seul le premier labour dans la prairie offre quel- 
qn.es difficultes. Une paire de boeufs ou 3 chevaux 
peuvent labourer ou casser un acre par jour. Dans 
certains endroits, on seme deux annees consecutives 
sur le meme gueret. Le prix du premier labour dans 
1 1 prairie varie de $3 a $4 l'acre. 

Dans plusieurs fermes on emploie aujourd'hui 
la cliarrue a vapeur trainant 4, 5 et meme 10 socs 

FOSSES, HANGARS 

Notons ici que dans presque toute la province de 
1' Alberta, pour entretenir une terre en ordre on n'a 
a faire ni fosses, ni decharges, ni rigoles. Les granges 
sont inconnues et inutiles.. Les hangars n'existent 
que pour rececvoir les grains apres les battages. Les 
grains sont battus, par des macliines a vapeur d'une 
capacite de 2,000 a 3,000 minots par jour 



— 20 — 

INSTRUMENTS ARATOIRES 

Pour labourer, on se sert de charrues simples, 
mais dans beaucoup d'endroits on emploie la charrue 
double, tracant deux sillons en meme temps, cette 
charrue est trainee par 4 chevaux conduits par un seul 
homme, qui peut labourer 2 acres par jour. 

LA SEMEUSE 

Generalement en usage a 11 pieds de largeur, est 
trainee par 4 chevaux et seme environ 30 acres par 
jour. Les berses de 20 pieds de large sont egalement 
trainees par 4 chevaux. 

ACHAT ET PRIX DES TERRES. 

Le colon peut encore aujourd'hui acheter dans 
toutes les parties de la Province, a proximite des cen- 
tres de commerce et des lignes de chemins de fer, de 
belles terres,, appartenant a diverses compagnies et a 
certains particuliers. 

Le prix de ces terres varie de $8, $10 et $20 de 
l'acre. 

TERRES GRATUITES. 

Outre les nombreux terrains qu'on peut acheter 
h prix raisonnables, le gouvernement offre encore aux 
colons des terres gratuites (homesteads), c'est-a-dire, 
160 acres, a tout homme age de 18 ans et toute femme 
chef de famille, aux conditions ordinaires, c'est-8-dire 
$10.00 d'enregistrement, 6 mois de residence durant 
3 ans, cultiver 5 acres par annee et se batir selon ses 
gouts. Ceci suppose un colon de bonne foi 

MOYENS DE COMMUNICATION. 

Les moyens de communication sont faciles. Deux 
trains de passagers partent tous les jours de Montreal 



— 21 — 

et se rendent directement a Calgary sans changer de 
char. La on change de train, pour Edmonton. 
De Montreal, le trajet se fait en 4 jours et 4 nuits. 
Desire-t-on prendre des homesteads a St-Paul deS Me- 
tis, on prend le train a Montreal jusqu'a Winnipeg, la 
on change de chars et de gare. II faut alors prendre 
ie Canadian Northern et se rendre a Vegreville. De 
la a St-Paul des Metis le trajet se fait en voiture. La 
distance est de 50 milles. Le courrier fait ce chemin 
2 fois par semaine : les mardis et vendredis. 

PRIX DE PASSAGE 

Le prix de passage de Montreal a Edmonton est 
de $38.00, seconde classe. 

PRIX SPECIAUX 

Les colons qui viennent des Etats-Unis ont un 
tarif special ; s'ils sont pourvus d'un certificat de leur 
Cure, ils peuvent voyager pour un cent du mille 

lis jouiront de cet avantage s'ils viennent d : recte- 
ment des Etats-Unis. 




— 22 — 

COLONS VENANT DE QUEBEC, ONTARIO ET 
DE TOUT L'EST DU CANADA. 

EXCURSIONS A $42.00. 

Durant la belle saison d'ete, en juin, juillet. aout, 
septembre et octobre, des excursions sont organisees et 
permettent a tout le inonde de visiter 1' Quest a de 
bonnes conditions. 

Le prix est de $42. de Montreal a Edmonton, billet 
aller et retour, bon pour 60 jours, avec permis d'ar- 
reter a toutes les g-ares a l'Ouest de Winnipeg. 

QUAND EMIGRER 

Le meilleur temps pour emigrer dans 1' Alberta, 
est vers le mois de mars ou avril, alors que le colon 
peut prendre sa terre et en preparer quelques acres 
pour semer des legumes et se faire un jardin. Celii' 
qui possede un capital de quelques milliers de dollars 
peut arriver en toute saison. 

CONSEILS PRUDENTS. 

La condition du colon dans 1' Alberta .comme ail- 
leurs, n'est pas sans difficultes, qu'on ne se fasse pas 
d'illusions sur ce point ; il est vrai que le sol est ricbe, 
que le climat est beau, que le pays est avantageux 
pour le commerce nt, pour le fermier ainsi que pour 
l'ouvrier, mais il faut se fixer, faire des nouvelles con- 
naissances, et surmonter Fennui de sa provirjce natale 
et se mettre a l'oeuvre pour se faire un nouveau foyer. 

QUI DOIT IMMIGRER DANS L'ALBERTA. 

le. Le pere d'une nombreuse famille composee 
do garcons en age de travailler. 

2e. Le cultivateur qui travaille en vain sur une 
ferme epuisee, aride, ingrate. 



— 23 — 




3e. Le jeune bmme qui possede quelques cents 
dollars et desire se faire un avenir. 

4e. Le cultivateur qui a un capital de $1,000. 

5e. — Le voyageur, le commergant, le commis qui 
desire un peu de repos. 

6e. Tout hoinnie de bonne volonte qui n'a pas 
peur du travail et des privations. 

A tout liomme sobre, travaillant, eoonome, nous 
promettons, dans 1' Alberta, l'aisance, la prospe>ite et 
le bonlieur. 

Puissent ces quelques pages vous interesser et 
eveiller en vous l'idee de venir voir notre beau pays, 
en fin vous determiner a venir augmenter le nombre 
des Canadieris-Francais, et preparer a vous et a votre 
famille un avenir prospere, c'est la notre but, le grand 
desir de notre coeur et l'objet de nos voeux. 



LA FETE NATIONALE 

La fete rationale qui a ete celebree le 24 juin der- 
nier a Morinville, et a laquelfe 2,000 Canadiens-Fran- 



24 



cais, 20 pretres et Mgr Legal ont pris part, est une 
preuve convaincante et palpable de la vitalite des Ca- 
nadiens-Francais dans le nord de 1' Alberta. 

Les rives du St-Laurent aux Canadiens-Francais, 
les bords de la Riviere Rouge a leurs enfants. 

Les cotes de la Saskatchewan a leurs petits fils ! 




TEMOIGNAGE D'UN VISITEUR EN SEPT 1907. 



Au Rev. J. A. Ouellette, ptre., 
Colonisateur de 1' Alberta, 

306, Rue St-Antoine, Montreal 

Reverend Monsieur, 

J 'arrive de mon beau et heureux voyage a travers 
les vastes et magnifiques prairies de 1'Ouest. 

II me serait impossible de vous dire a quel point 
j'aime ce pays, combien j'ai admire ses richesses agri- 
coles et ai apprecie les nombreux avantRges qu'il ren- 
ferme pour tous. Ma plume est trop inexperimentee 
pour dire convenablement tout ce qu'il y a de beau, 
de bien et de merveilleux dans ces lointaines regions. 



— 25 — 

Heureux celui qui a la liberte et le courage d'al- 
ler la-bas se choisir un coin de terre, ou lui et sa fa- 
mille peuvent se tailler un domaine dans ce vaste pays 
de 1' Alberta et de la Saskatchewan. 

Si j'etais cultivateur de la province de Quebec 
j'irais immediatement m'etablir dans une de ces pro- 
vinces qui promettent tant pour Tavenir. Malheureu- 
sement, etant medecin, il ne m'est pas donne de jouir 
de ces a vantages. Je suis a la merci d'un bureau me- 
dical ou Ton exige de l'aspirant des conditions pres- 
qu'exclusives. 

Si j'avais ma licence pour 1' Alberta, je m'en irais> 
certainement aux alentours d' Edmonton, peut-etre a 
Vegreville, voire meme dans les nouvelles paroisses 
Canadiennes-Francaises, pres St-Paul ou ma femme et 
moi en avons visite plusieurs en voie de fondation et 
qui promettent beauccoup pour l'avenir. 

Que faire, en face de cette situation, si ce n'est 
d'attendre et de se preparer. Je n'aurai pas le plaisir 
de faire le voyage ave vous le 24 septembre proehain,- 
mais je compte aller vous voir avant mon depart. 

Je demeure votre tout devoue, 



Dr. A. Duquette, 

St-Martine, P.-Q- 



]?, septembre, 1907. 



APRES DIX ANS DE VIE AU KLONDYKE. 

Moi, Eugene Vadeboncoeur, ci-devant de Haver- 
bill, Mass.. reviens du Yukon, ou pendant dix annees 
j'ai travaille aux mines d'or des environs de Dawson. 

Ayant realise quelques economies, j'ai decide de 
revenir a Haverbill, Mass., y rejoindre ma fernme, 
mon fils age de 18 ans et deux de mes filles mariees, 
depuis mon depart pour le Yukon. De passage ^ 



— 26 — 

Calgary, l'idee me vint d'aller visiter les terrains si- 
tues au nord d' Edmonton. 

Je me rendis a Vegreville, St-Paul des Metis, puis 
Moose Lake ou je trouvai 25 families canadiennes- 
francaises, y ayant pris du terrain depuis le prin temps 
1907. Je fus reellement surpris de la prosperite gene- 
rale cnez oes compatriotes nouvellement etablis, ce qui 
m'a decide de prendre deux terres de 160 acres a 
$10.00 chacune, l'une pour moi et l'autre pou;; mon 
fils. A Moose Lake le terrain est absolument propre 
£ la culture et a l'elevage, et je considere cet endroit 
ties avantageux pour s'y etablir. Le terrain est plan- 
che, facile a travailler et tres fertile. II y a du bois 
b proximite, de l'eau en quantite, et grand n^mbre 
des lacs poissonneux. Cet hiver un moulin a scie sera 
installe pcour les colons, et l'ete prochain on y elevera 
une cbapelle qui sera desservie par un pretre resident. 
Des le printemps 1908, j'irai m' installer a Moose Lake 
avec ma femme et mes enfants. 

Tout a vous, 

Eugene Yadeboncoeur. 



LETTRE D'UN COLON DE SOUTH ASHBURN 

HAM, MASS., DEMANDANT DES 

RENSEIGNEMENTS. 

29 Sept., 1907. 
E ever end Pere, 

Permettez-moi de vous demander des renseigne- 
ments a l'egard du Nord-Ouest, dont on parle beau- 
coup ici, les uns avec avantage, les autres avec desa 
vantage. Ne pouvant trouver la verite dans toutes les 
choses quej 'entends dire, je mets toute ma oonfiance 
en vous, car je suis oonvaincu que je serai mieux ren- 
seigne. Etant pretre, je ne vous ccrois pas capable 



— 27 — 

•de me tromper, puis ayant vecu dans 1' Alberta Nord, 
colonisateur do cette partie dei l'Ouest, vous etes 
l'lionime le mieux qualifie pour nous renseigner. Nous 
sommes trois families ici qui desirons partir pour 
1'Alberta-Nord en mars 1908, et notre but est de pren- 
dre des homesteads a St-Paul des Metis. Nous aime- 
rions etre pres d'un village, et au milieu de Cana- 
diens-Francais, car nous avons besoin de l'eglise et de 
People. 

Croyez-vous qu'il nous soit avantageux de pren- 
dre du terrain dans cette partie de l'Ouest et combien 
d'acres pouvons-nous prendre? Qui peut fair l'en- 
tree du terrain ? Quelles sont les conditions pour avoir 
le contra t de sa terre? Dites nous tout et tel que c'est, 
ainsi que la maniere de s'y rendre. Pourri^z-vous 
nous envoyer quelques livres en frangeis sur 1' Alberta? 

Encore une fois, nous voulons etre diriges par 
vous et etrt; places au milieu des Canadiens-Francais. 

Pourriez-vous nous dire quels sont les gages pour 
un hoinme sans metier qui desire travailler en debors 
de sa terre? Quels sont les salaires des menu : siers, 
des macons et des ouvriers? 

Rev. Pere, j'ai bate de connaitre tous les avan- 
iages de ce pays de FAlberta, dont on parle beaucoup. 
J'attends bientot, une reponse de vous-meme. 
Yotre tout devoue, 

Leonidas Rogers'. 
South Asbburnliam, 
Mass. U.S. 



REPONSE A CETTE LETTRE 

Beaumont, 1 Nov. 190T. 
Bien cber Monsieur, 

J 'accuse reception de la votre du 29 sept. Pardon 
de mon retard a vous repondre, c'est que depuis un 
mois je suis a diriger des colons et en meme temps a 



— 28 — 

faire l'inspection de nouveaux terrains. Merci d'abord 
de votre grande confiance a mon egard et veuillez 
croire que mon but en colonisant le Nord de 1' Alberta 
n'est pas de tromper mes compatriotes ni de les mettre 
dans un pays inculte et sans avenir. D'ailleurs, les 
colons d'autrefois et d'aujourd'hui sont la et procla- 
ment bien haut les a vantages du Nord de 1' Alberta. 
Sur au-de-la de 200 families que j'ai placees dans le 
district de St-Paul des Mel is, pas une seule n'est pas 
satisfaite, quoique plusieuis soient venues sans le capi- 
tal requis, $1,000, et je suis certain de leur succes, car 
elles sont toutes bien placees. N'ecoutez pas les gens 
qui connaissent tout sans avoir vu et entendu quelque 
chose a oe sujet. Votre intention de venir ici en mai 
est exoellente. C'est le meilleur temps d'immigrer. 
Je me charge de vous placer, pres d'un village et au 
milieu de Canadiens-Francais. Acutllement les pa- 
roissesqui offrent le plus d'avantages pour la colonisa- 
tion sont Moose Lake et Riviere Castor, ou on a forme 
de belles paroisses entierement catholiques et canadien- 
nes-francaises. Vous avez 160 acres chacun pour $10 
Vous etes obliges de batir une petite maison, de labou- 
rer 5 acres par annee, et y demeurer 6 mois durant 3 
a.nnees avant d' avoir votre patente. 

Les salaires pour les ouvriers de fermes sont $1.50 
par jour avec nourriture. Les menuisiers gagn.nt de 
$2.50 a $3.50, les macons de $4.00 a $5.00 par jour. 
Ij'ouvrage se trouve partout dans les mines, dans les 
chantiers, dans les villes et sur les fermes. Le marche 
est tres bon et offre beaucoup aux produits des culti- 
vateurs. Bon et bien cher ami, n'oubliez pas quo mal- 
gre tous les avantages de 1' Alberta, vous avez certai- 
nes difficultes a surmonter, il faudra du courage, du 
ti avail et de la bonne volonte. Je serai a Montreal a la 
fin de decembre, et tout Thiver sera employe a donner 
des renseignements sur 1' Alberta, soit par ecrit ou de 
vive voix. En Janvier ecrivez-moi, ou passez a mon 



— 29 — 

bureau, 306 StAntoine, Montreal, et je vous donnerai 
un certificat qui vous permettra de voyager pour un 
cent du mille. II faudra prendre le train a la gare 
Windsor, Montreal, pour Winnipeg, et la changer de 
ligne, prendre le Canadian Northern jusqu'a Vegre- 
ville. De la le trajet se fait en voiture, avec de beaux 
chemins et des hotels a tous les 15 milles. 

Rendus a St-Paul de Metis, le guide du gouver- 
nemenl vous oonduira selon vos desirs et vos gouts. 
Je suis certain d'avance que le pays vous plaira et que 
vovs le trouversz avantageux. 

Dites a vos amis que je suis a la disposition de 
tous les Canadiens-Francais. Pour plus amples ren- 
seignements, veuillez adresser vos lettres au 

Rev. J. -A. Ouellette, Ptre., 

Golonisateur de 1' Alberta, 
306, St-Antoine, Moitreal. 

CONSEILS D'AMI. 

Bien chers compatriotes : 

Notre unique but en nous chargeant de la coloni- 
sation de 1' Alberta est de donner a nos compatriotes 
l'avantage de se placer selon leurs gouts et aptitudes. 
Canadiens-Francais qui pour des raisons serieuses de- 
sirez aller vous etablir dans Y Alberta, nous vous 
offrons 3 districts de colonisation, ayant chacun ses 
avantages : le district St-Paul, Alberta-Nord ; le district 
Edmonton, Alberta-Centre; le district Calgary, Al- 
berta-Sud. 

Dans le district de St-Paul vous trouversz des 
Homesteads de 160 acres pour $10.00, mais il faut aller 
a 70 et 90 milles des chemins de fer. Dans le district 
d' Edmonton qui est sillonne par les chemins de fer, 
vous pourrez acquerir de belles fermes a des conditions 
faciles. Beaumont, au sud d'Edmonton est a conseil- 



— 30 — 

ler a nos canadiens-francais. Desirez-vous de la pure- 
prairie, demandez a etre renseigne sur notre reserve 
catholique Ouelletteville, dans le district de Calgary, 
Alta. Nous serons heureux d'expedier gratuitemem 
a quiconque en fera la demande notre brochure* " Le 
Jar din de l'Alberta-Sud." 

Rev. J. -A. Ouellette, Ptre. 
Colonisateur, 
306, St-Antoine. Montreal. 



BEAUMONT 

Beaumont est la vraie fondation de l'abbe J.-B. 
Morin, 1893. 

Beaumont est une des plus vieilles paroisses de 
TAlberta-Nord. 

Beaumont est un centre de Canadiens-Erancais 
catholiques. 

Beaumont est une des plus belles campagne.s agri- 
coles. 

Beaumont est a la porte des marches d' Edmonton 
et de Strathcona. 

Beaumont possede un village coquet et bien or- 
ganise. 

Beaumont tire son nom de son site qui est vrai- 
ment ideal. 

AVANTAGES 

La culture en vogue est la culture mixte qui donne 
des resultats tres satisfaisants et cela a cause de la faci- 
lite d'acces aux grands marches voisins : Edmonton, 
Strathcona et Leduc. La surface est quelque p c u on- 
dulee ce qui avance la maturite des moissons. Le sol 
est tres riche et produit toutes les cereales et tons les 
legumes. 



— 31 — 

Des mines de charbon sont en operation a quel- 
ques milles du village, pres de la ligne du C. P R. 

POPULATION. 

La population de Beaumont se compose d'environ 
110 families canadiennes-francaises et de quelques fa- 
milies anglaises, reparties sur un territoire de 9 milles 
carres. 

Ces quelques families anglaises entourees, presque 
entierement de Canadiens vendraient leurs fermes a 
des prix tres raisonnables et a des conditions faciles. 

Voila done le moment pour vous, compatriotes, de 
venir remplacer ces families rnglaises desireuses d'aller 
rejoindre les leurs et en meme temps Beaumont de- 
viendrait un centre tout-a-fait canadien. Le coloni- 
sateur actuel est en etat de donner tous les autres ren- 
seignements desires. 

J. -A. Ouellette, Ptro., 
Colonisateur, 
306, St-Antoine, McntreaL. 



MORINVILLE. 

Que penser de Morinville? 

Morinville est un centre de Canadien s-Francais. 
Morinville est un centre d 'agriculture. 
Morinville est un centre de mines. 

Population ? 

Tillage: 85 families, 365 ames. 

Campagne: 150 families, 800 ames. 

Agriculture ? 

La culture mixte fait de notre paroisse un centre 
florissant. 

La culture du ble, de l'avoine, de l'orge, du foin r 



— 32 — 

<les legumes et l'industrie laitiere font l'aisance de nos 
cultivateurs. 

Mines ? 

Deux puissantes mines de charbon sont en opera- 
tion. La, couche de charbon varie de vingt a vingt - 
cinq pieds d'epaisseur. Des milliers de tonnes sont 
expedites cliaque semaine. 

On est aussi a la recherche de l'huile de petrole. 
Ceux qui s'y connaissent s'accordent a dire que les 
indications sont tres bonnes. On a trouve du gaz en 
quantite suffisante pour l'utiliser. Deja des contrats 
ont ete obtenus pour fournir l'eclairage a Edmonton, 
la capitale, et les villes environnantes. 

Terres a vendre? 

Oui. Plusieurs terres peuvent etre achetees a des 
conditions tres faciles. 

Prix approximatif s P 

$12.00; $15.00; $20.00 l'acre, selon le site et les 
ameliorations. Terrain majeure partie en prairie. 

Qu'y a-t-il a Morinville? 

Tout ce qu'il faut pour se creer un avenir et en 
peu de temps. 

Quelles sont les accomodations? 

Chemin de fer, elevateurs, moulins a farine, ma- 
gasins generaux, hotels, forgerons, moulin a scie, ma- 
nufactures, boulangers, depots de machines agriooles, 
clos de bois, bureau de poste, pharmacie, medecin, 
avocat, couvent, eglise, etc. 

Ou se trouve Morinville? 

Au nord d' Edmonton, a 22 milles de distance seu- 
lement et relie par le telephone a tous les autres 
centres. 

Compatriotes, voulez-vous voir de belles terres? 
Visitez Morinville. Compatriotes, voulez-vous un suc- 
ces assure? Yenez a Morinville. Compatriotes, vou- 



— 33 — 

lez-vous des renseignements et des conseils desinte- 
resses? Adressez-vous au Rev. J. -A. Ethier, cure, 
tou jours a la disposition de tous. 

VEGREVILLE. 

La petite ville de Vegreville doit son existence au 
C. N. R. compagnie de chemin de fer qui relie Win- 
nipeg a Edmonton par une ligne de voie ferree des 
plus courtes en 1905. Grace a sa situation geographi- 
que Vegreville devient le centre d'affaires de to ate la 
vallee de Vermilion. Malgre ses 3 annees d' existence 
Vegreville est une ville de quelques milliers d'ames 
et. avec une organisation aussi complete que ses rivales 
plus agees. Actuellement Vegreville est le point d'ar- 
rivee pour les colons canadiens-francais catholiques 
desireux d'aller prendre des homesteads a St-Paul des 
Metis, Moose Lake et Riviere Castor. C'est aussi 
l'une des plus belles localites pour acheter a prix rela- 
tivement bas ($10 a $15) de magnifiques terreo a ble 
a\ec ou sans culture. IJn service de telephone relie 
les principaux centres de colonisation a Vegreville, tel 
que Duvernay, Brosseau, St-Paul des Metis et White- 
ford. Les colons arrivent a Vegreville par le C. N. R. 
t-T trouvent un interprete canadien-francais qui leur 
fournit tous les renseignements et qui les conduit a 
de bons hotels ou a la maison d'immigration gratuite^ 
ment offerte aux colons desireux d' economise!'. 

Les progres de la region ont ete aussi grands que 
les progres mater iels. Vegreville compte environ une 
centaine de families catholiques dans un rayon de 6 
a 8 milles. II existe un grand pensions at sous la 
direction des religieuses de la Providence Le fran- 
cais et 1' anglais sont egalement enseignes. Une eoole 
du soir francaise a ete aussi etablie sous la direction 
d'un pretre de la paroisse en faveur des jeunes gens 
desireux de s'instruire et de se perfectionner. 



— 34 — 

II y a actuellement trois pretres residant a Yegre- 
ville: les RR. PP. Bernier, Gamier et Maur s' occu- 
pant de ministere dans le paroisse et dans les diverses 
missions environnantes et surtout donnant genereuse- 
ment leur concours a la belle oeuvre de la colon 'sation 
canadienne-francaise cartholique. 

Chez ces bons peres le colon trouvera tou jours un 
bon accueil et surtout des renseignements surs et desin- 
teresses. Le Rev. Pere Bernier, cure de la paroisse, 
est a la disposition des bons colons canadiens-francais. 



ARTHABASKA LANDING 

Le Landing est un joli village situe sur la rive 
Sud de la riviere Athabaska, 92 milles au Nord d'Ed- 
monton. Depuis 2 ou 3 ans le Landing semble se re- 
veiller. Actuellement il est legalement erige en vil- 
lage; possede eglise catliolique avec pretre resident, 
un bopital avec religieuses. La Compagnie de la Baie 
d' Hudson, les Revillons Freres, M. L. Lessard y pos- 
sedent de grands magasins. • Un magnifique botel, 
tenu par M. Bertrand et propriete de M. Gagnon est a 
la disposition des nombreux voyageurs et visiteurs. 
La Banque Imperiale, bureau de poste, de teleg^-apbe, 
de Police-Montee et restaurant sont encore de nature 
a accomoder les nouveaux colons qui desirent prendre 
du terrain dans les environs du village Athabaska- 
Landing. Plusieurs Canadiens-Frangais ont pris du 
terrain gratuit a l'Est, a TOuest, au Sud et les pre- 
miers resultats sont tres enoourageants. Une ligne 
de chemin de fer . est attendue cette annee meme au 
Landing, alors commencera la vraie prosperite pour le 
Nord de 1' Alberta. A la disposition des nouveaux co- 
lons sera toujours le R. P. P. Beaudry, cure, Atba- 
baska Landing, Alberta. 



— 35 — 

st:emile de legal. 

Legal ou St-Emile, est une paroisse exelusive- 
nient canadienne-francaise ; il n'y a pas un seul protec- 
tant dans les 8 milles a la ronde. On n'y parle et on 
n'y entend que le francais a l'eglise, dans les botels, 
moulins a scie, a bardeaux, inoulanges, etc. 

Situation : — A 33 milles d'Edmonton, sur le trace 
de C. N. R. qui doit passer par le village au prin- 
ternps ; relie aux autres centres par 2 lignes de tele- 
phone. 

Apparence generale. — Surface legerement ondu- 
lee, partie en prairie, partie bo i see. Le terrain est 
eleve partout, ce qui est un grand avantage tant pour 
egoutter que pour murir plus tot qu'ailleurs. Le sol 
est d'une richesse prodigieuse, les cereales, legumes, 
et autres fruits y atteignent des proportions enormes. 
L'eau y abonde, tellement qv/on a surnomme cette 
partie du pays, les " Springs,'' a cause des sources 
sans nombre qu'on y rencontre un peu partout. 

Charbon. — Dans le village et aux alentours, il y 
a deux ou 3 mines en operation pour le besoin local, 
meme on en expedie aux alentours. 

POURQUOI NE PAS TARDER A VENIR? 

1. — Parce qu'il y a actuellement plusieurs terres 
a vendre a des Canadiens qui ont quelques epargnes ; 
terres ameliorees et pres des centres et qui augmentent 
en valeur tous les jours. 

2.— Parce que a raison de $1,000.00, $1,500.00 
environ, on peut actuellement acheter 160 acres de 
belle et bonne terre qui vaudront plus du double dans 
un an ou deux tout au plus. 

3. — ;Parceque St-Emile v grace a ses ressouroes 
naturelles et a l'esprit d'initiative et d'entente de sos 



— 36 — 

habitants, est destine a devenir bientot un centre im- 
portant au double point de vue des affaires et de 1' in- 
fluence canadienne-francaise. 

Qu'on se le dise done une bonne fois et que Ton 
vienne renforeir les rangs de compatriotes heureux et 
prosperes. 

Colons de bonne foi qui desirez vous etablir avan- 
tageusement et a peu de frais, St-Emile vous off re 
des chances exceptionnelles de succes. 

Voulez-vous de plus amples renseignements, 
adressez-vous au Rev. J.- A. Normandeau, ptre cure, 
qui se fera un.plaisir de vous les donner. 



REFERENCES LOCALES: 

Beaumont. — 

J.- A. Ouellette, Ptre cure, colonisateur ; C. Mor- 
neau, marchand ; T. Chalifoux, cultivateur. 

St-Albert.— 

Rev. M. Merer, cure; Fleury Perron, marchand; 
J. Lafleur, cultivateur. 

Morinville. — 

J. -A. Ethier, ptre, cure; H. Boissonnault, mar- 
chand; J. Dagenais, cultivateur. 

St-Emile.— 

J. -A. Normandeau, ptre, cure; J.-B. Cote, mar- 
chand; W. Mercier, cultivateur. 

St-Pierre de Villeneuve. — 

L. Tremblay, ptre, cure; D. Hebert, cultivateur. 

Riviere Qui Barre. — 

C.-F. O'Khuysen, ptre, cure; 0. Comeau, culti- 
vateur; J. Pojrier, marchand. 



— 37 — 

Lamoureux. — 

R. P. Berchmans, franciscain ; A. Lamoureux, 
fermier. 

Vegreville. — 

R. P. Bernier, ptre, cure; J. -A. Tetreault, culti- 
vateur. 

Athabaska Landing.-^ 

R. P. Beaudry, ptre, cure; L. Lessard, marchand . 

Brosseauville. — 

J. -A. Clairmont, ptre, cure; Ed. Brosseau, mar- 
chand; A. Paradis, cultivateur. 

Duvernay. — 

F. Boileau, maitre de poste; J. Desrosiers, fer- 
mier. 

Lafond. — 

E. Eouquette, cultivateur; Ernest Cloutier, cul- 
tivateur. 

St-Paul des Metis.— 

R. P. Therien, ptre, cure; Ant. Joly, cultivateur.. 

Lac St-Vincent. — 

R. Cadieux, ptre, cure; J. Poirier, cultivateur. 

St-Edouard. — 

Jos. Cote, cultivateur. 

St-Louis de Moose Lake. — 

R. P. Bonny ptre, cure ; Philorum Ouelette, mar- 
chand; Alfred Bussiaux, cultivateur. 

Lac Ste-Anne. — 

R. P. Lizee, ptre, cure. 

Ouelletteville. — 

R. P. G. Simonin, P.O. Gleichen, Alta. ; J. Des- 
jardin, cultivateur, P.O. Gleichen, Alta. 



— 38 — 

ST-ALBERT. 

Saint Albert est une des plus anciennes colonies 
de l'Ouest, ayant ete fonde en 1861 par le Venerable 
Pere Lacombe, sur le site choisi par ~M.gr Tache lui- 
meme, l'illustre acheveque de St-Boniface, dont la 
juridiction s'etendait a tout le Nord-Ouest jusqu'aux 
semmets des Montagnes Rocheuses. 

Saint Albert, et a bon droit, oompte posseder les 
plus belles terres de tout l'Ouest. La paroisse en ma- 
jeure partie Canadienne-francaise pourrait contenir 
encore de nombreuses families. Les terres sont a des 
prix raisonnables encore aujourd'hui. Un cultiva- 
teur possedant un certain capital pourrait se placer 
avantageusement et faire de tres bonnes affaires. Si- 
tuee a 9 milles du centre d ( Edmonton la capitale de 
T Alberta, a 4 milles seulement des usines du Grand 
Tronc, cette paroisse a devant elle un l)rillant avenir 
et le voisinage de la capitale provinciale est pour elle 
un marcbe facile, avantageux, toujours ouvert et a 
quelques minutes de distance. Elle possede l'eveque, 
un couvent, un seminaire diocesain. Cinq ecoles pri- 
maires et toutes catnoliques, sont disseminees sur son 
territoire. Ilya dans la Province de Quebec de nom- 
breuses families a l'aise sur de petites terres, mais 
ne pouvant que vegeter. Ici en cinq ans, elles peu- 
vent doubler leur capital, placer honorablement leurs 
enfants, et arriver a une large aisance. Au point de 
vue religieux, oomme au point de vue scolaire, on ne 
peut desirer rien de mieux. 

R: P. M. MERER, Ptre, cure, 
Saint Albert 



■■. , .N I' 



■*. .* ,f 



>w£ 



*^> 



:£&